Phantom Rift c’est un peu de Bastion, un peu de tactique et beaucoup de sorts.

Foursaken Media fait partie de ces sociétés qui développent et éditent elles-même leurss jeux. Et pour le moment cela lui a bien réussi.
Avec leur dernier né du nom de Phantom Rift ils continuent sur leur lancé avec un jeu qui mélange plusieurs genre.

Tout d’abord, la création du personnage qui se fait en répondant à des questions bien précises et modèlera les capacités du sorcier que l’on incarnera me rappelle la saga Ogre Battle de Quest.
Avant d’aller plus loin, je reviens  sur ce que vous allez entendre dans la vidéo où je pensais que l’on pouvait incarner un guerrier, mais cela n’est pas le cas. C’est juste que les sorciers se jouent différemment.

PhantomRifLighteffect

Dès que l’on a passé la création de notre personnage on atterrit dans un monde qui me fait beaucoup penser à Bastion, puisque il se créé au fur et à mesure que l’on avance ou revient sur nos pas. Ce n’est pas déroutant, mais au contraire je trouve cela immersif pour un jeu. On continue d’avancer à explorer ce qui nous entoure quand tout d’un coup, on passe en mode combat avec d’u côté gauche le sorcier et à droite les divers ennemis.

L’interface est facile à comprendre même si on ne lit pas l’anglais et au pire je vous l’explique dans la vidéo. La surface de combat est divisée en deux parties et personne ne peut se rendre dans le camp adverse sauf via certains sorts et c’est là l’une des stratégie du combat qui se déroulent en temps réel. A coup de glisser sur notre écran, on évite les attaquent et on essaie de toucher les ennemis, un peu comme « à la balle et au prisonnier ».
Toutes les x secondes, on reçoit une indication comme quoi on peut utiliser des sorts. On tape en bas à droite de l’écran et le jeu se met en pause. Deux cercles apparaissent dont un rouge à gauche et un bleu à droite.

Entre les deux cercles se trouve tous les sorts que l’on possède. Il faut, en fonction de la stratégie que l’on adopte et de notre réserve de mana, choisir un ou plusieurs sorts et les placer dans le cercle bleu. Si on a pas assez de mana ou que l’on ne veut pas certains sorts car inutiles selon ce que l’on a en face, on peut les virer en les glissant dans le cercle rouge.

Une fois la sélection faite, on reprend le combat et quand on juge que c’est le moment opportun, on appuie sur le sort que l’on désire. Il en existe plus de 300 que l’on achète ou que l’on trouve et il y a vraiment de quoi faire surtout au niveau des combinaisons comme lancer celui qui baisse la vie d’un ennemi de 50% et enchaîner avec celui qui tue direct quand l’ennemi à moins de X en vie.

PhantomRifPNJ

Les combats sont aléatoires et il est possible de faire la moitié d’une carte sans rencontrer une âme qui vie. Car le but est de savoir pourquoi et comment on est arrivé dans ce monde que l’on visite en passant de portail en portail. On en apprend à chaque fois un peu plus lorsque l’on parle aux PNJ et que l’on terrasse un boss.
Un conseil, regarder la vidéo, j’y donne pas mal d’explication en plus.

Note du jeu
Notewww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Phantom Rift a beaucoup de qualité par son gameplay et son esthétisme qui même sur mon iPod Touch 5 arrive à dévoiler de superbes effets de lumières. Son côté tactique, en imposant des combats en temps réel mais dans lequel on a une pause pour le choix de nos sorts, est bien pensé et rend le tout souvent bien nerveux. Je dirais que son seul point noir est qu'il y a de l'IAP malgré que le jeu soit payant. J'espère que vous aimez l'exploration et le farming car c'est obligatoire pour se stuffer correctement .

Phantom Rift est donc disponible sur iOS pour €2,69, et €2,31 sur Android. Le jeu est compatible avec les manettes MFI et bientôt bluetooth. Je remercie Foursaken Media pour la version iOS.

Leave a reply

Your email address will not be published.